Réussite aux examens

Le tableau suivant indique la réussite aux examens de nos élèves :
 
  07/08 08/09 09/10 10/11 11/12 12/13 13/14 14/15 15/16 16/17 17/18

 

DNB

 

95% 100% 77% 75% 67% 96% 73% 73% 73% 84% 87%

 

CAPA

 

95% 100% 89% 95% 87% 100% 100% 100% 100% 100% 100%

 

BEPA

 

90% 96% 100% 92% 95% 100% 100% 100% 100% 100% 95%

 

BAC PRO

 

 100% 100% 100% 94% 100% 100% 89% 80% 91% 96% 92%
 
Diplômes

Le Projet d'Association

Le projet d'association est la colonne vertébrale de l'Association  MFR de Villeneuve de Berg. Il définit le but, les objectifs, les moyens mis en place pour les atteindre et les valeurs de l'association. Véritable outil de structuration, de développement et de dynamisation, il est à la fois un guide interne à l'association et un support clair de communication.

L'écriture du Projet d'Association est le résultat d’une réflexion collective (administrateurs et salariés - avec l'appui de la Fédération Départementale Drôme Ardèche des MFR ainsi que l'Union Nationale des MFR ) sur ce que souhaitent réaliser les membres de l’association et sur la manière dont ils veulent le faire.

 La 1ère écriture en juin 2007 pose clairement l'identité et les intentions de la MFR comme acteur majeur de la formation sur son territoire.

En mars 2017, l'Assemblée Générale a validé une approche plus opérationnelle du Projet d'Association par la définition des priorités à engager sur les 6 années à venir.


JUIN 2007

Le Projet d’Association de la M.F.R de Villeneuve-de-Berg vise à être une concrétisation, il fait siennes les convictions pour l’action rappelées ici :

Des valeurs humanistes

Nous voulons promouvoir une éducation qui donne la priorité aux valeurs humaines et à la solidarité, développer le sens des responsabilités et la participation des parents dans la formation de leurs enfants, permettre à chaque jeune de se construire une personnalité et d’acquérir une compétence reconnue, un métier et une place dans la société.

La responsabilité partagée

Nous voulons réunir les compétences d’une équipe éducative motivée, de parents engagés dans la réussite de leurs enfants, d’un réseau de maîtres de stage, d’apprentissage et d’intervenants spécialisés, favoriser une confrontation positive des générations, provoquer le dialogue, la coopération entre adultes et adolescents.

Une capacité d’initiative

Nous voulons permettre à chacun de réussir et cultiver partout et sous toutes ses formes la liberté d’entreprendre.

Nous voulons faciliter l’engagement local, le travail en commun, le développement économique et social de nos régions.

Une dynamique de formation au service du jeune et de son projet

Les membres du Conseil d’Administration et de l’équipe éducative sont animés de la même volonté de bien accueillir les personnes en formation. Une attention particulière est accordée au parcours de chacun, à son rapport aux études, à ses envies et ses attentes, à son ou ses projets.

La qualité de l’accueil, les règles de vie dans l’établissement, les contenus et l’organisation de la formation, la volonté partagée d’écoute, de non jugement, de mise en confiance, la connaissance juste des réalités du monde socio-professionnel et des professions envisagées visent à aider chacun à se sentir considéré, à se rassurer sur ses capacités à réussir, à élaborer, affiner son projet ; ce sont autant de conditions à réunir pour une formation réussie : acquisition de connaissances, développement de compétences, obtention de diplômes pour une insertion sociale et professionnelle qui donne satisfaction.

Considéré chacun tel qu’il est, lui apporter un accompagnement de qualité dans sa formation, c’est l’aider à construire sa vie.

Une formation par alternance pensée et organisée

Si l’étude du mouvement M.F.R depuis ses origines tend à prouver qu’il est pionnier en matière de formation par alternance, il convient néanmoins de reconsidérer cette approche pédagogique de la formation pour mieux l’adapter au contexte actuel et la rendre opérationnelle et efficace.

Cette organisation de la formation qui allie stages en milieu professionnel et sessions à la M..F.R doit permettre à la personne en formation de :

- mettre en œuvre une forme d’intelligence et des compétences personnelles spécifiques.

- rencontrer des personnes adultes, des professionnels en situation qui l’accueillent et l’accompagnent dans son projet, lui transmettent des savoirs, des savoirs être, des savoirs faire, favorisent ses apprentissages par une participation active aux activités de la structure de stage.

- de développer ses capacités à être en relation avec les personnes, à prendre des initiatives et de gagner en autonomie dans les activités qui lui sont confiées.

La formation par alternance suppose une approche pédagogique singulière et la mise en œuvre de moyens adaptés.

Les thèmes d’étude, en lien avec les programmes de formation, permettent une approche de la vie professionnelle et de la vie sociale, citoyenne.

Elaboré en classe avant le départ en stage, le Plan d’Etude permet, selon les thèmes abordés, aux parents et/ou aux maîtres de stage de s’investir au côté du jeune en formation, de l’accompagner dans ses recherches.

Quels que soient les thèmes abordés, le travail demandé pendant le stage vise à :

- susciter la curiosité

- s’inscrire dans un processus de réalisation, dans une pratique personnelle

- développer d’autres savoirs

- s’interroger sur « le sens » des choses

- développer des capacités d’analyse

- développer l’esprit critique.

Au-delà du simple compte-rendu, l’Etude permet à la fois et de façon progressive :

- l’apprentissage de méthodes de restitution d’expériences

- l’apprentissage de méthodes de structuration d’un document écrit.

- de développer l’esprit de synthèse

- de développer des capacités d’analyse.

Ce travail de rédaction d’Etude est complété par un temps à la M.F.R consacré au Retour de Stage. Cette activité à la fois individuelle (élève – moniteur) et collective (groupe classe - moniteur) vise à aider les personnes en formation à :

- inventorier et conscientiser les savoirs acquis, les apprentissages réalisés ou renforcés

- « mettre en mots » le vécu de stage

- comprendre, analyser ce vécu afin de mieux comprendre les réalités du monde socio professionnel, tirer profit de l’expérience vécue – même des erreurs commises - , des difficultés rencontrées

- être mieux « outiller » pour la suite.

L’équipe pédagogique veille à une approche progressive :

- des apprentissages méthodologiques

- des thèmes d’études abordés

- des formes et exigences de rendus

Cette approche progressive tient à la fois compte des programmes de formation, du degré de maturité du public concerné, des savoirs déjà acquis, des possibilités offertes par les contextes de stages.

Une formation par alternance réussie suppose une bonne connaissance des réalités du contexte socio professionnel actuel. Une attention particulière est portée à :

  • la préparation des jeunes à aller en stage

Elle vise à faire de ceux-ci des « professionnels du stage », à la fois rassurés et confiants, conscients de leurs droits et de leurs devoirs, des responsabilités en lien avec leur statut, capables d’une adaptation rapide, animés d’une réelle volonté de s’intégrer dans une équipe de travail, d’apporter leur contribution.

  • la préparation des familles à accompagner les jeunes

Elle vise à les aider à comprendre les enjeux de la formation par alternance et du rôle singulier de chacun des partenaires.

Par les temps de rencontre, d’information, d’échanges, de témoignages, elle favorise :

la recherche et le suivi de stage

l’accompagnement du jeune dans l’organisation de ses activités pendant les périodes de stage.

  • la préparation des entreprises à accueillir un stagiaire, à l’accompagner dans ses apprentissages

Une formation par alternance réussie suppose d’être accueilli et suivi en stage par un professionnel conscient de son statut de maître de stage, de son rôle, de ses responsabilités, informé des objectifs et conditions de stage, qui connaît et maîtrise les moyens mis à sa disposition par la M.F.R, qui se sait accompagné dans sa mission.

  • la formation des nouveaux moniteurs à la pédagogie par alternance.

Il est tenu compte des cursus des moniteurs nouvellement embauchés, de la singularité de la formation par alternance, de la complexification de sa mise en œuvre aujourd’hui. Une attention particulière est accordée à : 

l’information et la formation de ces nouveaux collaborateurs : conception institutionnelle de la pédagogie par alternance, activités et moyens pédagogiques mis à disposition, connaissance des secteurs professionnels concernés par les formations 

l’accompagnement dans leur intégration au sein de l’équipe éducative

 l’accompagnement dans leurs apprentissages

La mise en place d’un tutorat effectif, reconnu, organisé est indispensable.

Une formation à dimension éducative

La dimension éducative de la formation, revendiquée comme singularité et valeur de la formation en M.F.R, concerne à la fois les temps de formation à caractère scolaire (la classe) et la vie dans l’établissement «hors classe» ; nous parlerons de vie résidentielle plutôt que d’internat dans la mesure où toutes les personnes accueillies en formation ne sont pas internes.

Elle se caractérise à la fois par des valeurs à promouvoir, des attitudes personnelles, une organisation en cohérence avec le projet éducatif d’établissement, des règles de vie partagées, des activités particulières.

La faire vivre au quotidien au sein de l’établissement mais également pendant les périodes de stages est l’affaire de tous : l’équipe éducative dans son ensemble, les parents et le conseil d’administration, les maîtres de stages, les jeunes et les adultes en formation.

Pendant les temps de vie résidentielle, chacun n’est pas seulement un élève, un stagiaire mais bien davantage une « personne accueillie en formation ». Ce changement de statut est pris en considération dans le fonctionnement de l’établissement, dans les activités organisées.

Dans tout travail de réflexion à propos des règles de vie au sein de l’établissement et des activités à mettre en place, la priorité sera toujours accordée aux valeurs à promouvoir et « au sens des choses »

La M.F.R est considérée comme une communauté au sein de laquelle chacun fait l’apprentissage de la vie sociale et citoyenne, en devient un acteur à part entière…. Le projet étant qu’il adopte les mêmes attitudes dans sa vie personnelle.

Dans un contexte sociétal souvent caractérisé par la montée de la concurrence, de « l’entre soi », de la « fermeture à l’autre », les règles de vie au sein de la M.F.R, les activités mises en place visent à promouvoir le « vivre ensemble », l’intérêt collectif, la solidarité … Une attention particulière est portée à la recherche et la mise en œuvre de « projets partagés » tant au niveau des groupes / classes que de manière plus transversale.

La vie résidentielle est organisée de manière à assurer un équilibre entre les temps et les espaces de vie collective et ceux de vie personnelle.

La vie associative

La vie associative est le fondement de la Maison Familiale. L’association et les membres qui la composent donnent tout son sens au projet d’établissement, veillent à la cohérence du système de formation.

L’association et l’équipe éducative veillent à favoriser l’implication des parents dans la vie de l’établissement, à les solliciter tant pour des temps d’information et de promotion telles que journée Portes Ouvertes, réunions de rentrée, … que pour des activités de formation : évaluations, animations, sorties, …

Cette implication des parents dans la vie de l’établissement s’inscrit dans une dynamique éducative ; elle participe à la reconnaissance de leurs compétences, leur accorde une place singulière dans le processus de formation, montre aux jeunes et adultes en formation l’importance du bénévolat et d’une implication de tous au service d’un projet partagé.

Le Conseil d’Administration est un espace d’ouverture, de partage, de réflexion et de décision.

Il est composé à la fois de parents et, dans une proportion moindre, de maîtres de stage ; la présence de ces derniers permet une bonne connaissance des évolutions des professions et des réalités de la vie en entreprise. Cette complémentarité de points de vue favorise une réflexion de qualité et la prise de décisions pertinentes au service du fonctionnement de l’établissement et des personnes en formation.

Les principales fonctions du Conseil d’ Administration :

- être le garant du respect du projet institutionnel des M.F.R

- veiller à la mise en adéquation du projet institutionnel et des fonctionnements de l’établissement.

- réfléchir à l’avenir de l’établissement, définir des orientations

- organiser et assurer la gestion de l’établissement

- étudier et valider les projets présentés par l’équipe éducative

- participer à la promotion de la Maison Familiale sur le territoire

Afin de favoriser la vie associative :

- une attention particulière est accordée à l’accueil, à l’écoute et à l’information des familles et des professionnels

- les membres du Conseil d’Administration et l’équipe éducative s’attachent à présenter la formation en Maison Familiale, ses fondamentaux, son organisation, le rôle essentiel des parents, des professionnels maîtres de stage, à susciter la curiosité et l’intérêt.

- des actions particulières permettent de présenter l’association, ses missions, son fonctionnement

- un travail de concertation permet d’identifier les personnes à solliciter pour mettre leurs compétences au service du Conseil d’administration.

- le fonctionnement du Conseil d’Administration permet à chacun d’être acteur de la       réflexion, des prises de décision.

Plus globalement, parents, professionnels maîtres de stage, membres de l’équipe éducative s’attachent à faire la promotion de la vie associative.

La Maison Familiale acteur de développement du territoire

En référence au projet initial des M.F.R, la Maison Familiale se veut acteur de développement du territoire.

Elle propose aux familles et à leurs enfants un système de formation singulier et leur offre ainsi une possibilité de choisir sur l’échiquier des modes de formation, celui qui leur semble le plus en adéquation avec leurs attentes.

Elle participe à la promotion des personnes et de l’intérêt collectif en dispensant une formation qui intègre des valeurs éducatives, humanistes et une conscience citoyenne.

Elle participe à la vie de la cité en apportant sa contribution par des services rendus ou par son implication dans des projets collectifs.

Un plan de communication assure la promotion de l’établissement sur le territoire et des services proposés.

Elle participe au développement socio-économique du territoire par la formation de professionnels qualifiés et diplômés. La formation par alternance, l’implication et la participation des professionnels dans le processus de formation permettent de mieux répondre aux besoins des entreprises et autres structures employeurs.

Elle se veut solidaire des M.F.R implantées sur le territoire et dans le monde par les activités conduites dans le cadre des formations dispensées.

Elle apporte sa contribution à la promotion d’une solidarité internationale notamment par la Fondation des M.F.R dans le monde.

 


MARS 2017

La seconde approche du Projet d'Association, complémentaire au travail de 2007, tend à proposer des actions sur 6 axes startégiques à mettre en oeuvre.

La carte de transformation cible les défis à relever chaque année.Carte 2017

 

 


 

Fédération des MFR Drôme Ardèche

La MFR de Villeneuve de Berg et les 5 MFR de la Drôme constituent la Fédération des MFR de Drôme Ardèche. La Fédération assure la représentation politique et administrative des MFR au niveau des deux départements. Elle fait travailler ensemble et confortent les associations dans et en dehors du département ; elle suscite et accompagne la création de nouveaux projets.

Les MFR de Drôme Ardèche accueillent les jeunes dès 14 ans pour leur proposer un accompagnement vers la formation la plus adaptée à son projet.

Les 6 MFR vous proposent de découvrir les formations dans des filières professionnelles préparant à des diplômes allant du CAP à la Licence Professionnelle (bac +3) dans les secteurs de :

L'ORIENTATIONS 

La PRODUCTION AGRICOLE (animale et végétale)

L'HORTICULTURE

L'AMENAGEMENT ET GESTION DES MILIEUX NATURELS

La RESTAURATION ET LA CUISINE

Le COMMERCE 

Les SERVICES AUX PERSONNES OU AUX ENTREPRISES (sanitaire - santé - social)

Carte fd

 

 

 

L’association de la MFR de Villeneuve de Berg

Etablissement privé et association de parents

Les Maisons Familiales Rurales sont des établissements privés administrés par des associations loi 1901 dont chaque parent est membre de droit. A ce titre la MFR de Villeneuve de Berg est une association, et lors de l'Assemblée Générale annuelle elle publie son rapport moral, d'activités, financier et d'orientation. Les élections des administrateurs se déroulent à ce moment là.

La MFR est sous contrat avec le ministère de l'Agriculture. Elle dispense ainsi des diplômes reconnus nationalement, identiques à ceux des lycés publics et privés, et les élèves des MFR peuvent bénéficier des bourses nationales suivant les revenus du foyer. 

La Maison Familiale Rurale fait partie d'un courant associatif, non confessionnel, créé par des parents depuis plus de 80 ans.

La MFR de Villeneuve fait partie des 430 associations Maisons Familiales Rurales qui sont réparties dans toute la France, y compris dans les départements d'Outre-mer.

Le Conseil d’Administration

Tous les membres de l'association, constitués en Assemblée Générale, élisent un Conseil d'Administration (CA) qui assure la gestion matérielle et morale de la Maison Familiale Rurale de Villeneuve de Berg.

Le CA est responsable de son fonctionnement et de ses finances. Il est renouvelé en partie, chaque année, à l'occasion de l'Assemblée Générale. Le CA désigne ensuite un bureau composé en moyenne de sept personnes (voir le réglement intérieur de l'association de la MFR). Ce bureau comprend au minimum un président, un trésorier et un secrétaire.

Les administrateurs sont responsables du fonctionnement de la Maison Familiale Rurale même s'ils délèguent une partie de cette responsabilité opérationnelle au personnel salarié et notamment au Directeur.

L'association est engagée dans le développement de son territoire, à travers toute activité à caractère éducatif, social, familial.

Les parents sont invités à prendre des responsabilités au sein de l'association et à participer à l'éducation de leur enfant. L’engagement des parents est la pierre angulaire du mouvement.

Les moniteurs ont une fonction d'enseignant, d'accompagnateur et d'animateur. Avec les autres personnels de l'établissement (Directeur, Maîtresse de maison, Secrétaires…), ils aident chaque élève, ou stagiaire, à élaborer son parcours personnel et professionnel. Ils les suivent pendant l'alternance en entreprise.

Après l'Assemblée Générale du 9 décembre 2016 et l'élection de cinq nouveaux administrateurs, au cours du CA du 9 janvier 2017, Mme Stéphanie NAVARRE est élue Présidente de la MFR et prend la succession de Mme Hélène SIMON qui fut présidente durant plus de 20 ans.

Election

Photo du Dauphiné

Sous-catégories

Qu'est ce que la MFR de Villeneuve de Berg ?

La Maison Familiale Rurale (MFR) de Villeneuve de Berg est un établissement de formations professionnelles. La MFR prépare des jeunes à travailler dans des métiers du secteur des Services à la Personne.

Première singularité : la MFR de Villeneuve de Berg est à la fois un établissement de formations professionnelles (Cap, Bac Pro) et un collège accueillant en classes de 4ème et 3ème des élèves à partir de 14 ans. Ces élèves de 4ème et 3ème , par un rythme appropié à la découverte des métiers, prépare leur orientation d'après le cycle collège.

Située entre Aubenas et Montélimar, l'unique MFR d'Ardèche propose un enseignement où se mêlent formations et stages dans un cadre de vie familiale. 

 

50 50

 

La réussite personnelle de chaque jeune est au coeur de l'action par la collaboration des familles, des maîtres de stages et des moniteurs (les enseignants sont appelés moniteurs ou monitices) de la MFR. La formation globale s'appuie sur un accompagnement du jeune pour sa formation et son orientation grâce à une équipe de professionnels dynamiques. 

Réussite

 

Plusieurs parcours sont proposés à ceux qui désirent accroître leurs connaissances et développer leurs compétences. L'alternance en milieu professionnel précise la réalité des métiers et permet l'ouverture à la connaissance des besoins du territoire.

 

 

Parcours

 

Une seconde singularité réside dans le cadre de vie de la MFR de Villeneuve de Berg, qui permet aux jeunes de s'épanouir dans un établissement à taille humaine. La MFR  accueille chaque année 166 élèves. Avec la gestion annuel des plannings d'alternances, la moité des classes est présente à la MFR chaque semaine, les élèves des autres classes sont alors en stages. Sur les 7 classes de la structure pédagogique, chaque semaine il y a ainsi en moyenne 3 groupes pésents à la MFR, soit de l'ordre de 70 à 80 élèves.

Rendez vous sur le site de l'Union Nationale des MFR pour découvrir toutes les richesses d'un mouvement éducatif associatif de plus de 80 ans d'existence, composante majeure de l'Enseignement Agricole du Ministère de l'Agriculture.

L'internat et la vie résidentielle

La vie résidentielle et l'internat permettent aux jeunes d'apprendre à vivre ensemble.

L'équipe éducative de la MFR à la rentrée de 2018 2019

L'équipe éducative de la MFR comporte 20 salariés 

Directeur : Monsieur Didier Mehl

Adjointe de Direction : Madame Christelle Rabouan

 

Responsable de la filière 4ème/3ème de L'enseignement Agricole (EA) : Monsieur Jérémie Ménéguz

Responsable de la  4ème de L'enseignement Agricole (EA)Monsieur Yann Coadou

Responsable de la 3ème de L'enseignement Agricole (EA) : Monsieur Jérémie Ménéguz

 

Responsable de la filière CAPA  Services Aux Personnes et Vente en Espace Rural (SAPVER) : Madame Sylvie Eberland

Responsable du CAPA 1 Services Aux Personnes et Vente en Espace Rural (SAPVER) : Madame Laurence Grech

Responsable du CAPA 2 Services Aux Personnes et Vente en Espace Rural (SAPVER) : Madame Nelly Padel

Responsable de la filière Bac pro Services Aux Personnes et Aux Territoires (SAPAT) : Madame Christelle Rabouan

 

Responsables de la Seconde Bac pro Services Aux Personnes et Aux Territoires (SAPAT) : Madame Julie Cadene

Responsable de la Première Bac Pro Services Aux Personnes et Aux Territoires (SAPAT)Madame Virginie Dutang

Responsable de la terminale Bac Pro Services Aux Personnes et Aux Territoires (SAPAT) : Monsieur David Choyeau

Monitrice : Mesdames Jacqueline Rigaud et Delphine Blanc

 

Cuisine : Monsieur Eric Simon et Madame Delphine Volle

Entretien Mesdames Annie Peyronnet et Isabelle Martin

Secrétariat et comptabilité  : Mesdames Cathy Duroch et Claudine Cochet

Animation et responsable de l'internat : Mesdames Valérie Filliol et Céline Simon

AVS : Madame Isabelle Martin

Actualités MFR

 Les articles suivants donnent un apercu de la diversité des actions qui font de la MFR de Villeneuve de Berg un acteur du territoire de Sud Ardèche et au delà.

L'étonnante histoire des MFR

Les origines du mouvement (source : UNMFREO/Paris/08/11/2011)

Le mouvement des Maisons familiales rurales (MFR) est issu d’un courant de pensée qui, au début du siècle dernier, a profondément imprégné le monde rural. A l’origine, on trouve aussi bien les idées de démocratie sociale d’inspiration chrétienne du Sillon de Marc Sangnier1 que celles des militants du Secrétariat central d’initiative rurale (SCIR) dont l’ambition était d’organiser le monde agricole.

La première Maison familiale rurale a été créée en 1937 à Lauzun (Lot et Garonne) à l’initiative de syndicalistes paysans, parents d’adolescents qui ne trouvaient pas dans le système scolaire existant de réponse adaptée à leurs besoins, d’une section locale du SCIR et d’un curé de campagne, l’abbé Granereau. Partant du constat que l’enseignement traditionnel ne formait pas d’agriculteurs mais poussait plutôt les jeunes ruraux soit à abandonner trop tôt leurs études, soit, pour les plus doués d’entre eux, à partir vers la ville, ces pionniers du mouvement adoptèrent, dès le départ, les trois grands principes de base qui ont fait le succès des Maisons familiales rurales et qui président encore aujourd’hui à leur développement :

  • Permettre aux familles d’exercer pleinement leurs responsabilités éducatives,
  • Contribuer à l’évolution du milieu rural et du territoire,
  • Préparer les jeunes à s’insérer et à être acteurs dans la société.

Concrètement, ces principes ont été mis en œuvre grâce aux modalités suivantes :

  • L’association des parents à l’enseignement,
  • Le système pédagogique de l’alternance,
  • L’organisation de la vie des élèves en petits groupes et en internat.

Des formateurs furent recrutés et une première formation fut préparée. Deux ans après, était créée la première Maison familiale rurale pour les filles. Le mouvement continua à se développer durant toute cette période et se structura dès 1942 par la création de l’Union nationale des Maisons familiales rurales. Fin 1944, le nombre d’associations s’élevait à 65. A la Libération, les Maisons familiales rurales ont bénéficié d’une reconnaissance et d’une subvention du ministère de l’Agriculture.

Les MFR affirment leur identité et développent une pédagogie originale

Les Maisons familiales rurales ont eu le souci constant de conserver leur autonomie en prenant appui sur la responsabilité et l'implication des familles. En 1941, l'interdiction de la pluralité syndicale conduisit les MFR, afin de conforter leur indépendance, à quitter le statut syndical pour adopter comme base juridique l'association loi 1901.

En 1945, lors de l'Assemblée Générale de l'Union nationale, le problème fondamental des relations avec l'Etat et avec l'Eglise fut clairement posé. Il fut solennellement acté que le mouvement pouvait être soutenu par l'Etat et inspiré par la religion mais qu'en aucun cas, il ne devait être absorbé par l'un ou par l'autre. Il fut réaffirmé que c'était la famille qui, en dernière analyse, constituait le socle du mouvement.

A partir de 1946, les responsables du mouvement qui s'étaient surtout préoccupés jusque-là du développement de la formule s'attachèrent à formaliser la pédagogie de l'alternance. Largement inspirées des pédagogies nouvelles et centrées essentiellement sur le vécu du jeune et de sa famille, les réalisations des MFR permirent de promouvoir une pédagogie audacieuse et novatrice par rapport aux méthodes jusque-là utilisées dans les écoles d'agriculture. Progressivement, sous la conduite d'André Duffaure2, une méthode et un programme furent mis au point. Dès 1955, des fiches pédagogiques furent élaborées et mises à disposition des Maisons familiales. Parallèlement, la formation des moniteurs se structurait et se développait.

La création des Maisons familiales de métiers

Les résultats positifs obtenus par les Maisons familiales rurales dans les formations agricoles conduisirent à appliquer les mêmes principes aux métiers artisanaux puis, plus généralement, dans les métiers non agricoles du milieu rural. Dès 1970, une quinzaine de MFR avaient ouvert une section "Métiers". Toutefois, leur développement souleva des difficultés juridiques et financières en raison de la position du ministère de l'Education fermé, à l’époque, aux idées de formation par alternance. La loi du 16 juillet 1971, celle du 10 juillet 1987, et celle du 20 décembre 1993 permirent aux MFR de développer les formations à d'autres métiers que l'agriculture dans le cadre de l’apprentissage. Aujourd'hui, quasiment 200 Maisons familiales ont des formations relevant de l'apprentissage. Ces dernières années, la progression des effectifs sous ce statut est d'environ 5 % par an.

Les grandes étapes législatives

Les textes législatifs ou réglementaires qui ont encadré historiquement le développement du mouvement des MFR sont principalement :

  •  La Loi de 1929 sur l’apprentissage.
  •  Différents textes inclus dans les lois de finance successives entre 1953 et 1959, qui ont défini progressivement le cadre financier et le régime juridique des MFR, en marge de l’enseignement agricole public. 
  • L’Ordonnance du 6 janvier 1959 sur la prolongation de la scolarité obligatoire jusqu’à 16 ans qui eut des conséquences fondamentales sur les MFR. En effet, celles-ci intervenaient en post-scolarité tant que l'obligation scolaire s'arrêtait à 12 ou à 14 ans. Désormais, l'action des MFR devait s'inscrire dans le cadre de la scolarité obligatoire. Une loi d'ensemble sur l'enseignement agricole public et privé devenait nécessaire.
  •  La Loi du 2 août 1960 sur l’enseignement agricole qui, pour la première fois, introduit deux notions fondamentales pour les MFR : la formation professionnelle associée à la formation générale et la possibilité de pratiquer l'enseignement par alternance.

 La Loi Rocard du 31 décembre 1984 créant deux types de statuts d’enseignement privé :

  • Les établissements dont les formations sont dispensées dans des conditions identiques à celles de l’enseignement public (l'enseignement catholique),
  • Les associations ou organismes offrant des formations à temps plein en conjuguant selon un rythme approprié les enseignements théoriques et pratiques dispensés, d'une part, dans l'établissement lui-même et, d’autre part, dans le milieu agricole et rural. C'est dans ce cadre que fonctionnent les MFR.

1. Marc Sangnier, 1873-1950. Fondateur en 1912 de la ligue politique « La jeune république ». Elu député de 1919 à 1924. Contribue au développement des auberges de jeunesse. Engage en 1932 une campagne pour la paix. Elu député en 1946 et président d’honneur du M.R.P.

2. André Duffaure, 1924-1997. Ingénieur agronome, directeur pédagogique de l’Union nationale des Maisons familiales rurales de 1947 à 1957 puis directeur de 1957 à 1989. En 1956, il reçoit le Prix national de pédagogie pour ses travaux sur l’alternance. Membre du Conseil économique et social de 1984 à 1994.